mardi 30 décembre 2014

Trilogie Le Livre perdu des sortilèges de Deborah Harkness


Je ne pouvais décemment pas terminer 2014 sans vous faire partager la trilogie qui m’aura le plus marquée cette année !
Mon blog étant tout nouveau, je n’ai pas eu le loisir de vous parler de ces trilogies mémorables des années précédentes, et pourtant il y en a eu : 
Pour 2013 ce fut la saga Spin de de Robert Charles Wilson, avant cela 1Q84 de Haruki Murakami en 2012, bref,…
En cette toute fin décembre 2014 je nomme sans hésiter la trilogie Le Livre perdu des sortilèges de Deborah Harkness comme grande gagnante !


Le Livre perdu des sortilèges, tome 1 :


Résumé : Diana Bishop est la dernière d'une longue lignée de sorcières, mais elle a renoncé depuis longtemps à son héritage familial pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu'au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : L'Ashmole 782. Elle ignore alors qu'elle vient de réveiller un ancien et terrible secret, et que tous - démons, sorcières et vampires - le convoitent ardemment. Parmi eux, Matthew Clairmont, un vampire aussi redoutable qu'énigmatique. Un tueur, lui a-t-on dit. Diana se retrouve très vite au coeur de la tourmente, entre un manuscrit maudit et un amour impossible.

Fantastique  – 517 pages – Editions Orbit (2011)

(Lu en janvier 2014) Mon avis : L’épaisseur du bouquin ne m’a pas rebutée, et c’est tant mieux, car cela aurait été vraiment dommage !
Au contraire, j’ai même envie de dire que, pour moi, cela a été l’un de ses nombreux atouts, car il m’a permis de ressentir le côté très immersif de l’histoire, à aucun moment je n’ai ressenti de longueurs ni d’ennui, mais plutôt l’impression de devoir m’enfoncer en douceur au fil des pages afin de pouvoir mieux apprécier le cœur de l’histoire.
Évidemment, la patte de l’historienne contribue abondamment à cette impression, car on ressent rapidement que Déborah Harkness fait évoluer ses personnages en terrain conquis, et même si elle ne côtoie pas au quotidien sorcières, vampires et démons (quoique, qui sait ?), on sent tout de suite qu’elle a le souci du détail.
Dès le début, dans la bibliothèque Bodléienne, elle nous plonge dans son monde de vieux manuscrits, de grimoires, on imagine les enluminures, les anciennes calligraphies, et presque l’odeur qui s’en dégage, preuve qu’elle parvient immédiatement à plonger ses lecteurs dans cette ambiance qu’elle connaît si bien.
En parlant d’odeurs justement, un élément qui m’a frappé, c’est l’intérêt qu’elle porte aux goûts et aux odeurs, éléments quasi omniprésents tout au long de l’histoire.
J’ai vraiment eu l’impression qu’elle souhaitait faire ressentir à ses lecteurs toute la fascination que peuvent exercer ces deux sens.
C’est peut-être pour cela que je la trouve généreuse dans son écriture car elle ne ménage pas ses efforts pour nous immerger (et oui encore ce mot…) au plus près de ses personnages, sans pour cela donner l’impression d’en faire des tonnes.
En tout cas, avec moi cela a marché, puisque la cannelle et la girofle planaient presque dans l’air quand Matthew était dans les parages (c’est-à-dire souvent).
J’ai également ressenti le plaisir qu’elle avait de retranscrire les différents arômes du vin, et ses petits passages de Blind-test obligatoires pour Diana au moment de chaque dégustation, m’ensorcelaient presque. 
Dois-je préciser qu’une tasse de thé bien fort m’a très souvent accompagnée durant cette lecture ? Pas pour me tenir éveillée, mais bien pour accompagner Diana dans ses petits instants de réconfort.
Pour ne pas faire trop long et répéter ce qui a déjà été dit, je ne m’attarderai pas sur tous les aspects de l’histoire, mais simplement confirmer que les références historiques et scientifiques sont vraiment passionnantes comme une sorte de valeur ajoutée à l’histoire.
J’adore quand un livre me donne envie d’aller butiner sur le net pour tenter de m’instruire, et là les occasions n’ont pas manqué :
Qui étaient Elias Ashmole, Lazare de Béthanie ? Qu’est-ce que l’Alchimie exactement ? Comment est la Bibliothèque Bodléienne, l’université d’Oxford, connaître l’histoire et regarder des photos des lieux en question, etc… 
La part de romance est assez importante, mais elle s’intègre parfaitement au contexte, elle n’est pas niaise, et symbolise tout à fait cette notion de désir, un des deux éléments essentiels de l’histoire avec la peur.
« Au commencement étaient la peur et le désir »

L'école de la nuit, tome 2 :


Résumé : L'historienne Diana Bishop, issue d'une lignée de sorcières puissantes et le vampire Matthew Clairmont ont violé les lois de séparation des créatures. Lorsque Diana a découvert un manuscrit alchimique magique à la Bodleian Library, elle a déclenché une lutte dans laquelle elle est devenue liée à Matthew. Maintenant la coexistence fragile entre sorcières, démons, vampires et humains est dangereusement menacée.
Cherchant la sécurité, Diana et Matthew ont voyagé dans le temps pour se retrouver à Londres, en 1590. Mais ils réalisent vite que le passé n'est un havre de paix. Retrouvant son ancienne identité en tant que poète et espion de la reine Elizabeth, le vampire retombe avec un groupe de radicaux connus sous le nom de l'École de la Nuit. Beaucoup sont des démons rebelles, les esprits créatifs de l'âge, dont le dramaturge Christopher Marlowe et mathématicien Thomas Harriot.
Ensemble Matthieu et Diana chercheront le Londres des Tudor pour trouver le manuscrit insaisissable, l'Ashmole 782, et la sorcière qui va enseigner à Diana comment contrôler ses pouvoirs remarquables.

Fantastique  – 547 pages – Editions Orbit (2012)

(Lu en février 2014) Mon avis : J’ai encore passé un super moment, comme avec le premier d’ailleurs ! J’irai même jusqu’à dire que j’ai préféré celui-ci.
Grâce à ce voyage dans le passé, dans le Londres de l’époque élisabéthaine, j’ai trouvé que l’auteure nous faisait, une fois de plus, bien profiter de ses talents d’historienne, toujours dans le souci du détail. 
L’ajout des membres de cette Ecole de la nuit, personnages historiques (dramaturges, mathématiciens, aristocrates anglais, et autres…) ayant vraiment existés, est ingénieusement intégré dans cette histoire surnaturelle, elle lui donne un relief supplémentaire et colle à merveille avec les aventures de nos deux héros, Diana et Matthew.
En parlant de Matthew justement, il s’avère être un personnage bien plus complexe qu’il n’y paraît, et à l’instar de Diana, on se pose des questions sur lui pendant une bonne partie du livre tellement il est difficile à cerner.
Décidément, je trouve que Déborah Harkness ne cède jamais à la facilité quant à la construction de ses personnages, que ce soit dans leurs caractères, leurs désirs et leurs peurs les plus intimes, et c’est aussi ce qui augmente le charme de l’histoire. 
Même l’environnement dans lequel ils évoluent est achevé !
La géographie des ruelles du Londres de 1590, la description des vêtements de l’époque, les us et coutumes de la cour et ses extravagances, etc…, tout y a sa légitimité !
On y perçoit également l’atmosphère trouble, propre à cette période marquée par la chasse aux sorcières qui sévissait aveuglément et tendait à se généraliser, laissant planer derrière elle un climat de suspicion et d’effroi, qui nous fait craindre le pire pour notre héroïne et ajoute un certain suspense tout du long.
Le mystère et surtout la quête de l’Ashmole 782 n’avance guère dans ce tome, mais cela ne m’a pas dérangée pour autant puisque la formation de Diana ainsi que toutes les rencontres qu’elle fera en 1590 compenseront amplement la diminution de révélations sur ce grimoire ensorcelé.
Parmi ces rencontres déterminantes, j’ai pris grand plaisir à découvrir la branche familiale de Matthew ! Faire la connaissance de Philippe de Clairmont et pénétrer dans l’univers de Sept-Tours aura été déterminant pour aborder le prochain tome…


Le nœud de la sorcière, tome 3 :



Résumé : Diana Bishop et Matthew Clairmont reviennent dans le présent pour affronter d’anciens ennemis et de nouveaux dangers. Dans le domaine ancestral des Clairmont à Sept-Tours, la sorcière et le vampire vont retrouver presque tous les protagonistes du Livre perdu des sortilèges – à une exception près. Une terrible menace pèse sur leur avenir, et elle ne se dissipera que s’ils parviennent à récupérer les pages manquantes de l’Ashmole 782. Mais ils ne sont pas les seuls engagés dans cette quête et le temps presse, car la grossesse de Diana arrive à son terme. Des vieux châteaux en laboratoires universitaires, s’appuyant sur des savoirs séculaires aussi bien que sur les sciences modernes, depuis les collines de l’Auvergne jusqu’aux palais vénitiens, Diana et Matthew, décidés à protéger leur amour défendu coûte que coûte, finiront par découvrir le secret extraordinaire que les sorcières ont percé voilà des siècles et des siècles.

Fantastique  – 575 pages – Editions Orbit (2014)

(Lu en décembre 2014) Mon avis : Voilà, c’est fini !
Après plus de 1600 pages passées avec les familles Bishop / Clairmont, je sens que je vais avoir un léger petit coup de blues...
Ce dernier tome est, sans hésiter, le meilleur des trois !
Tout y est, des réponses à nos questions, des surprises et des révélations, des retrouvailles, des alliances, de la science et de la politique, de la magie, de l’amour, encore de la magie, et même davantage. Bref,… c’est un véritable bouquet d’émotions fortes ! 
Je n’ai guère l’intention de vous dévoiler quoique ce soit sur ce dernier tome !
Je veux vraiment que vous le découvriez dans son ensemble, sans en altérer l’effet ultime.
Je m’autorise simplement à saluer le travail et le talent de son auteure, car il est considérable.
Les personnages de la trilogie n’en finissent pas de nous étonner et ce, dans le meilleur sens du terme. Non seulement par la maturité qu’ils gagnent au cours du récit, mais également par leurs personnalités étudiées et surtout assez fascinantes. Et si je devais rendre gloire à un seul d’entre eux (choix assez présomptueux il est vrai !), je choisirais sans hésiter Gallowglass ! Vous comprendrez aisément pourquoi ;-)
J’aime aussi tous les rouages de l’histoire car ils se sont mis en place discrètement mais sûrement ! Pas de grosses ficelles, visibles à des kilomètres, non, tout est subtilement tissés (hé hé, il fallait bien que je loue le talent de tisseuse de Déborah Harkness quand même ^^)
Ainsi, lorsque des événements surgissent, ou même quand certains personnages refont surface, rien ne sonne faux, mais au contraire tout gagne en vraisemblance.
L’alchimie n’est pas en reste car, outre son point de départ avec la découverte de l’Ashmole 782 et tous les symboles mystérieux détenus dans ses pages égarées, on peut également dire que le lien qui unit nos deux héros Diana et Matthew est bien la transposition suprême de ce que peut être l’alchimie en amour… 
Je vais m’arrêter là, de peur de vous assommer, mais avec le désir de vous avoir tenté !
A mon grand plaisir, je réalise en refermant ce dernier tome, qu’il peut tout à fait présager une suite, et là je dis « FANTASTIQUE !!! »

En conclusion : Si Déborah Harkness se défend d’être une sorcière, je suis convaincue qu’elle est une sacrée magicienne !
Car on peut vraiment dire que la magie a opéré tout au long de cette magnifique trilogie, et qu’elle restera un éblouissant souvenir de mes lectures 2014.

24 commentaires:

  1. Cela fait très longtemps que je veux lire cette trilogie. Ta chronique complète me confirme le fait que je dois absolument les lire ! Ma Wish List augmente de manière exponentielle ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, + 3 d'un seul coup ça fait beaucoup, c'est sûr ^^ Mais elle en vaut la peine cette trilogie ! @bientôt Léa :)

      Supprimer
  2. Ah j'ai honte Lupa! Surtout aprés avoir lu ta première phrase. Oui j'ai le premier tome, oui depuis des années et non je ne l'ai pas lu parce que... il est grooooos!!!! Oui très gros et bon les gros livres tendent à rester très longtemps dans ma PAL. Mais vu que je l'ai ça veut dire que je le lirais un jour non ? LOL j'ai espoir ! En tout cas contente que tu ais passé un bon moment avec la série.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :) Tu as raison, quoiqu'il arrive, il faut garder espoir et ne pas se laisser décourager par les apparences ! Si l'épaisseur te fait peur, dis-toi que c'est pour en donner plus à ses lecteurs ;) Quant à moi, c'est l'inverse ; moins il y a de pages, plus je m'interroge sur la densité du contenu... comme quoi ^^

      Supprimer
  3. J'ai survolée ton avis du tome 2 et 3, étant donné que je ne les ait pas encore lu... J'avais trouvée le premier tome sympathique, sans avoir forcément envie de me plonger dans la suite. Mais il faudrait peut-être que je le fasse ;) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai essayé de ne pas spoiler (surtout pour le dernier), mais si jamais l'envie te prend de continuer la saga, j'espère qu'elle te plaira et que ton appréciation virera à la hausse au fil des tomes ;) Merci de ta visite :)

      Supprimer
  4. J'ai la trilogie en ebook et je me dis après avoir lu ton avis sur la série que ce serait pas mal de tenter l'aventure :) Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir C'era ! Si tu as déjà les ebooks, tu ne prends pas un grand risque de tenter l'aventure effectivement ! En souhaitant évidemment que celle-ci te contente ;) A presto !

      Supprimer
  5. Très jolie chronique qui rend bien justice à cette trilogie !
    J'ai trouvé quelques longueurs contrairement à toi dans les tomes 1 et 2 mais rien qui ne m'empêche d'être enthousiaste et de trouver ces romans excellents.
    J'aurais juste aimé que la fin prenne un tout petit peu plus son temps … mais peut-être aurons-nous une suite en effet (j'ai oublié de le demander à Deborah aux Utos oops ).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie de te voir par ici My et merci pour ton appréciation !
      Ta chronique du dernier tome n'était d'ailleurs pas étrangère à mon impatience de le découvrir ;)
      Quelle chance d'avoir vu Deborah aux Utos *_* La prochaine fois tu lui poseras la question...
      @ bientôt j'espère !

      Supprimer
  6. P.S. : j'ai acheté avant-hier le tome 1 par ta faute :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hi hi, je suis contente et espère que tu te régaleras :D

      Supprimer
  7. Cette trilogie je la vois souvent mais je ne me décide jamais à la commencer (certainement du au fait que j'ai bien trop de livre à lire dans ma PAL). En tout cas, je suis ravie de voir ton enthousiasme et que tu as passé un excellent moment en compagnie de cette saga avec un dernier tome qui tient ses promesses ;) c'est souvent une chose qui m'effraie avec les sagas c'est que l'intérêt s'amenuise au fil des tomes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que plus la PAL est vaste, plus les choix sont difficiles, mais les copinautes sont là pour nous aiguiller, heureusement :D Je te confirme qu'avec cette trilogie, le plaisir de lecture va plutôt crescendo, et ça c'est effectivement un vrai plus ! Merci pour ta visite Alison :)

      Supprimer
  8. Le tome 1 est dans ma PAL. Je n'arrive pas à l'enlever

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux l'en sortir sans hésiter ! Cette trilogie est extra et je ne peux que t'encourager à la découvrir :) Merci de ta visite !

      Supprimer
  9. Le tome 3 est vraiment très bien, il clôture parfaitement la trilogie mais j'ai quand même une toute petite préférence pour le 2e car j'avais adoré toute la partie dans le passé. Et on est nombreuses à aimer Gallowglass je vois ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le voyage dans le temps du 2ème tome reste en effet le moment très fort de la saga ! Je crois que Gallowglass en a brisé des cœurs..., espérons que D. Harkness le fasse revivre dans un futur roman ^^ Merci pour ton commentaire Frankie :)

      Supprimer
  10. je trouve que le dernier est le meilleur des 3!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que le troisième est génial car il finit à merveille la trilogie ! Mais j'ai apprécié les trois de manière assez égale, ils ont tous des qualités différentes et complémentaires je trouve ^^ Merci de ta visite :)

      Supprimer
  11. N'ayant pas forcément trop aimé le premier tome, j'ai du mal à sortir la suite de ma PAL... Pourtant, j'ai le 2 et le 3. En fait, l'épaisseur des livres me freinent pas mal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ce sont des pavés, mais la suite est juste géniale, alors je t'encourage à ne pas t’arrêter là ;-) Merci pour ton petit mot :)

      Supprimer
  12. Cette saga me fait terriiiiiblement envie !! Je pense qu'elle sera mon prochain achat ! Ton avis donne très envie en plus, alors ça n'aide pas à garder son porte monnaie dans son sac ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton porte-monnaie ne le regrettera, et toi encore moins ! Jusqu'à présent, je n'ai pas encore retrouvé une autre saga aussi enthousiasmante dans ce style ^_^ N''hésite pas à revenir m'en parler si tu la tentes, je serai ravie d'en discuter avec toi ;-)
      Merci, et à très bientôt j'espère :)

      Supprimer