mercredi 25 novembre 2015

La maison du sommeil de Jonathan Coe

Résumé : Dans l'Angleterre des années 80, Ashdown sur la côte est une grande bâtisse gothique quelque peu inquiétante qui sert de résidence à des étudiants, une galerie de personnages bien fêlés...
Ce livre n'est pas un roman policier mais un livre à tiroirs dans lequel critique sociale et politique, réflexions sur le sommeil, la sexualité, l'amour, opinions sur la psychanalyse ou sur une certaine critique cinématographique se juxtaposent avec un humour décapant.
Ce livre a reçu le prix Médicis Etranger 1998.

Contemporaine - 459 pages - Edition Folio (2000)

Avis : Comme je vous le disais dans mon dernier billet séance de rattra’pages, voilà un auteur dont vous entendrez encore parler sur ce blog !
Avec ces premières lignes, j’ai déjà annoncé la couleur, pas vrai ? 
Vous avez d’emblée compris que ce premier J. Coe sorti de mes étagères fut une révélation de plus, et que du coup, je me dois de vous en dire davantage ;-)

D’abord, vous l’avez remarqué, il s’agit bien de littérature contemporaine, et pas de SFFF pour une fois ! Je suis donc allée m’aventurer sur des sentiers que j’explore trop peu souvent !
Commençons par la question de rigueur ; pourquoi ce titre-là alors que j’ai d’autres romans de l’auteur en ma possession ? Eh bien je ne sais pas pour vous, mais pour moi, le thème du sommeil est un de ceux qui m’intéressent, peut-être parce que je ne suis pas une grande dormeuse, allez savoir ? !
Évidemment, ce roman n’est pas un essai ni un recueil scientifique sur le sommeil, loin de là, et vous n’apprendrez rien de très novateur sur le sujet, mais malgré tout il est le pilier du récit ! ! 

C’est au sein d’une demeure nommée Ashdown, que ce thème captivant va élire domicile. Un endroit où je n’aurais d’ailleurs pas envie d’aller passer quelques nuits dans les bras de Morphée au vu des premières lignes la décrivant, mais aussi pour d’autres raisons qu’évidemment je ne vous dévoilerais pas... :

Énorme, grise et imposante, la propriété d’Ashdown se dressait sur un promontoire, à une vingtaine de mètres de la falaise à pic, qu’elle surplombait depuis plus d’un siècle. Toute la journée, les mouettes tournoyaient autour de ses flèches et de ses tourelles, avec des gémissements stridents. Jour et nuit, les vagues se brisaient furieusement contre la paroi rocheuse, et résonnaient comme un grondement de camions dans les salles glaciales et le dédale de couloirs de la vieille bâtisse. Même les recoins les plus vides d’Ashdown — qui était désormais presque entièrement vide — n’étaient jamais silencieux »

Jadis résidence privée et demeure d’une famille, puis acquise ensuite par une université avec logements pour étudiants, elle abrite à présent une clinique privée et son laboratoire du sommeil. Et c’est bien là, dans ce lieu assez atypique, que va se nouer et se dénouer toute l’intrigue du roman, entre passé et présent, passant de l'un à l'autre durant toute notre lecture, sans jamais se perdre en chemin.
Ceux qui vont graviter autour et au sein de cette bâtisse, sont Sarah la narcotique, Robert l'amoureux transi, mais aussi Gregory, Veronica, Terry, Ruby…
Je suis tiraillée entre l’envie de vous parler d’eux, et celle de vous laisser les rencontrer par vous-même. Et finalement je vais choisir la deuxième option car je n’ai pas du tout envie de vous en dire trop les concernant, puisque leur mystère est aussi un des charmes de ce roman ! C'est d'ailleurs pour cette raison que je n'ai pas écrit la totalité du résumé qui en dévoilait beaucoup trop à mon goût...
J’ai pris tellement de plaisir à les découvrir, à tenter d’apprendre à les connaître, à discerner leurs forces et leurs faiblesses, mais aussi à débusquer leurs propres démons… que dès que J. Coe les met en scène, je n’ai plus réussi à les quitter jusqu’à la fin, qui soit dit en passant, est subtilement amenée.
Malgré tout, si je ne devais en choisir qu’un, ce serait évidemment Robert ! Il m’a émue pour sa profondeur, sa sensibilité à fleur de peau, sa détermination en amour, et pour sa force aussi.

Sans trop en dire, mais pour mettre en lumière les subtilités de l’histoire j’ajouterai que le titre, fait également référence à un livre évoqué à plusieurs reprises dans le récit, qui a son importance, et qui relie certains personnages de bout en bout.
Et ce n’est qu’un petit exemple ! Car avec le recul, on comprend que tout a du sens, chaque détail pouvant paraître insignifiant est à prendre en compte. Comme des petits indices glissés de-ci de-là durant notre lecture et dont nous n’avons pas toujours perçu la signification sur le moment. À la fin tout se recoupe, et nous prenons plaisir à les faire ressurgir afin de saisir l’ampleur de l’histoire et la subtilité du cheminement de l’auteur. Un excellent moyen de se refaire l’histoire une deuxième fois dans sa tête, car même après l’avoir refermé, on y repense encore… On le reprend même en main pour retrouver trace de ce qui nous a échappé et qui tout à coup devient lumineux !

Bon, avant de vous endormir avec mon bla-bla, je m’arrête là, et vous confirme que ce roman, malgré son titre, n’a rien de soporifique, bien au contraire !!! 
Merci à toi Marie, de m’avoir donné envie de découvrir cet auteur, et si tu passes par là - ce dont je ne doute guère - je te promets que le prochain sera La pluie, avant qu'elle tombe ;-)

dimanche 15 novembre 2015

Séance de rattra’pages #3

N’ayant pas la possibilité de chroniquer toutes mes lectures, j’ai créé ce petit rendez-vous trimestriel permettant de faire la synthèse de mes découvertes passées, et surtout d'en garder la trace.
Ce billet, publié à chaque fin de trimestre, est comme son nom l’indique, une séance de rattrapage de mes conquêtes livresques des trois derniers mois écoulés.
Voici donc mes lectures des mois de juillet, août et septembre 2015, classées par ordre de préférences !
Et pour retrouver les précédentes séances, c'est par ici...

***************
(Cliquez sur les couvertures pour accéder aux fiches Livr'addict)
    
  • Novecento : Pianiste de Alessandro Baricco (87 pages) : Un autre petit bijou de l'auteur, une perle dans son écrin, qui prouve que Soie n'était pas une exception. Un auteur à découvrir sans attendre !
  • Les Chronolithe de Robert Charles Wilson (437 pages) : R.C. Wilson réitère là un coup de maître <3 J'ai encore été bluffée par son intelligence, tout en retrouvant toute la sensibilité humaniste qui caractérise son oeuvre. Plusieurs autres de ses romans m'attendent encore, et ça c'est vraiment génial ;) Ma chronique.
  • Les Hauts de Hurle-Vent de Emily Brontë (413 pages) : Un classique absolument magnifique, qui m'a emportée dans une histoire tragique aux destins tumultueux, mêlant amour, vengeance, folie, mort et famille avec grandeur. A lire, ou relire sans modération !
    
  • Le Songe d'une nuit d'été de William Shakespeare (96 pages) : Ah Shakespeare <3 A chaque fois le charme opère !!! Celui-ci est différent et succulent, mais aussi drolatique et féerique ! Une parenthèse enchanteresse quoi !!!
  • Le Treizième Conte de Diane Setterfield (567 pages) : Encore un qui m'a épatée ! Une ambiance unique et follement mystérieuse, au parfum gotique et suranné se fondant à merveille avec l'univers des Sœurs Brontë justement ! J'ai été conquise par cette découverte, ce n'est rien de le dire !
  • La maison du sommeil de Jonathan Coe (459 pages) : Une chose est sûre ; vous entendrez encore parler de J. Coe sur ce blog ! Ma première tentative avec sa plume s'est avérée tellement concluante que je compte bien sortir ses autres romans de mes étagères :) Ma chronique.
  
  • Le Protectorat de l'ombrelle T1 Sans âme de Gail Carriger (425 pages) : Une lecture très distrayante avec des personnages aux caractères bien trempés ! Un univers steampunk comme je les aime, agrémenté de situations parfois burlesques qui m'ont fait passé un moment de lecture assez réjouissant :) Ma chronique.
  • Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphant de Mathias Enard (154 pages) : C'est dans la biographie sur Michel-Ange écrite par G. Vasari, que Mathias Enard a découvert que l'artiste s'était rendu à Constantinople en 1506... Folle d'intérêt pour tout ce qui ce rapporte au génial Michelangelo j'ai voyagé grâce à ce Prix Goncourt des Lycéens, et en suis revenue des étoiles pleins la tête !
  • La bibliothèque des coeurs cabossés de Katarina Bivald (482 pages) : Cette fois c'est aux Etats-Unis, et plus précisément dans l'Iowa que j'ai accompagnée Sara, une jeune suédoise partie à la rencontre de son amie épistolaire pour passer quelques vacances ! Un roman bien sympathique qui parle de rencontres, d'amitié et surtout de livres bien sûr :)
  
  • Les Quatre Eléments T1 Une Ère Nouvelle de Chris Red (394 pages) : Un premier tome au potentiel indéniable ! Si la suite acquiert un peu plus de maturité, elle devrait être encore meilleure, ce dont je ne doute pas vu l’inventivité de l’auteur et les avis enthousiastes ! Merci à lui pour ce partenariat :) Ma chronique.
  • Magicienne de Didier Quesne (315 pages) : Un récit à l’ambiance moyenâgeuse superbement décrite par le talent d’écriture de D.Quesne. Une histoire relevant du conte qui, même s’il ne m’a pas emportée autant qu’espéré, trouvera ses lecteurs j’en suis convaincue ;) Ma chronique.
***************

Pas de déception ce trimestre-ci !
11 romans lus (3829 pages) ! Maigre bilan, je sais… Mais elles furent enrichissantes chacune à leur manière, m’ont permis de découvrir de talentueux auteurs, et englobent quand même 3 coups de cœur, ce qui est plutôt très positif quand j’y repense.

Côté challenges ; j’ai terminé et réussi la 1ère édition de celui de La Licorne, et ai gaillardement rempilé pour la seconde, que voici.
Idem pour celui de Sia ; Vapeur et feuilles de thé !

Voilà, je ne vous promets pas un prochain trimestre beaucoup plus achalandé car mon mois d’octobre aura été pauvre en lectures, mais espère que l’année prochaine ces petits billets seront plus prolifiques !

D’ici-là je vous souhaite de merveilleuses lectures :)

jeudi 5 novembre 2015

Le challenge de La Licorne 2ème édition


Grâce à la première édition du Challenge de La Licorne (récap' de l'édition 1 en bas de page), je suis devenue une Elfe psychopathe, titre honorifique que je me dois de conserver, vous en conviendrez ;-)
C'est donc avec joie que je rempile pour cette deuxième édition !

Je choisi d’asseoir mon statut en conservant le même niveau parmi les trois proposés : 

Niveau 1 - Elfes psychopathes 
6 livres (3 fantasy - 3 Thrillers)

Niveau 2 - Dragons sanguinaires 
12 livres  (6 fantasy - 6 Thrillers)

Niveau 3 - Trolls tueurs fous - 24 livres
(12 fantasy - 12 Thrillers)

Ce qui implique que j'ai deux mois pour lire un thriller/policier et que les deux mois suivants seront consacrés à une lecture fantasy de n'importe quel type, (dark, heroic, light …), en alternant ces deux genres à chaque session jusqu'en septembre 2016.

Je vous encourage à aller sur le topic LivrAddict du challenge afin d'y découvrir les règles, les différents niveaux, ainsi que les lectures des autres participants. Vous y piocherez pleins de trouvailles dans ces deux genres littéraires !
Allez aussi visiter sans attendre le blog de La Licorne qui est une vraie caverne d'Ali Baba ;)

Ce billet sert d'inscription au challenge, mais aussi de suivi pour y consigner chaque découverte chroniquée ci-dessous :

Session n°1 (oct-nov 2015) - Thriller ou policier :
Les vestiges de l’aube de David S. Khara
Session n°2 (déc-janv 2016)  - Fantasy :
Les annales de la Compagnie noire de Glen Cook - Saga complète de 13 tomes
Session n°3 (fév-mars 2016) - Thriller ou policier :
Session n°5 (juin-juill 2016)  - Thriller ou policier :
- Le maître des illusions de Donna Tartt
Session n°6 (août-sept 2016) - Fantasy : 

CHALLENGE RÉUSSI !!! Un grand merci à toi Licorne :)