mardi 22 novembre 2016

Un crocodile sur un banc de sable d'Elizabeth Peters

Synopsis : Sur la pente en contrebas se tenait la Chose sans Nom, immobile et livide à la clarté des étoiles. La pleine lune projetait sur elle une lumière sans ombre. Il n'y avait pas à s'y tromper : c'était bien elle. Je discernai presque le motif des bandelettes qui enserraient sa poitrine. Sa tête, informe, était enveloppée d'une sorte de linceul. La vue seule de ce monstre au repos avait de quoi faire frissonner mais lorsqu'il se retourna sans hâte, inexorablement, j'eus le plus grand mal à dompter ma terreur. C'était comme une créature marine sans regard et sans yeux, surgie du fond de l'abîme et qui cherchait sa proie.
L'indomptable Amelia Peabody, qui fait ici ses premiers pas sur la Terre des Dieux, se laissera-t-elle abuser par les facéties d'une momie somnambule ? Saura-t-elle soustraire sa protégée aux entreprises d'un chasseur de dot cynique et langoureux ? Parviendra-t-elle à déjouer les roueries des indigènes ou à surmonter les mirages des sables et à dissiper les mystères qui jalonnent sa route, en digne émule de Sherlock Holmes et d'Indiana Jones ?

Policier - 313 pages - Editions Le Livre de Poche (2001)

Avis : Premier tome de la saga Amelia Peabodyqui en compte... un bon paquet, ce petit roman policier ne payant pas de mine au départ, m'a permis de passer un moment distrayant et bien sympathique !
À l'origine de cette réussite, rendons à César ce qui appartient à César, je place en première place le désopilant duo Amélia / Radcliffe.
Mais d'abord, faisons les présentations :

- Amélia Peabody, héritière anglaise et vieille fille trentenaire assez excentrique pour l'époque (fin du XIXème siècle), décide de se lancer dans un voyage pour l’Égypte,  pays pour lequel feu son père lui a transmis une passion qu'elle souhaite assouvir, au détriment même des convenances dont elle déteste s'encombrer ! Pour elle, les femmes doivent pouvoir s'aventurer où bon leur semble, et ne pas se laisser dicter un quelconque rôle de potiche, ceci expliquant sans doute cela, Amélia ne souffre aucunement de son statut de célibataire endurcie, et compte bien pouvoir user de son intelligence, comme de son ombrelle, à loisir !

-  Radcliffe Emerson, archéologue anglais, exalté par son métier, bourru, emporté, et véritable ours mal léché que l'on ne peut lâcher dans une soirée mondaine sans provoquer un incident diplomatique ! Ce forcené des fouilles archéologiques a l'invective facile, notamment envers ses compatriotes à jupons ! Ses disputes avec Amélia, à la répartie cinglante, vont donner lieu à de savoureux dialogues.

— Qui êtes-vous, sir ? Si mes souvenirs sont bons, je ne crois pas que nous ayons jamais été présentés…
— Moi, si, madame ! rétorqua-t-il en s’enflammant à nouveau. J’ai trop souvent rencontré vos pareilles ! Vous êtes la vivante caricature de la femme anglaise, dans tout ce qu’elle a de plus dominateur, arrogant et sans-gêne ! Seigneur Dieu, il n’y a pas au monde de race plus redoutable ! C’est la huitième plaie d’Égypte ! Où qu’on aille, on les retrouve : dans les profondeurs des pyramides, sur les sommets de l’Himalaya. Partout ! Nul lieu de la terre n’en est épargné !
Oups...

- Evelyn Forbes, jolie jeune fille désœuvrée et ayant fait les frais d'une terrible désillusion amoureuse, Amélia la rencontre par le plus grand des hasards, évanouie dans un lieu touristique à Rome. Après le récit de ses mésaventures, elle décide de la prendre sous son aile, prétextant au départ la nécessité d'avoir une dame de compagnie pour l'accompagner dans son périple égyptien.

- Walter Emerson, le jeune frère de Radcliffe, aussi aimable et bien élevé que son frère peut être grognon et impoli. Spécialiste reconnu de l'écriture hiéroglyphique, ce beau et charmant jeune homme va immédiatement tomber sous le charme de la petite protégée d'Amélia.

Maintenant que les protagonistes sont en scène, parlons un peu de l'histoire :

Après plusieurs pages de mises en situation où nous en apprenons davantage sur Amélia et Evelyn, les deux amies arrivent au Caire bien décidées à mettre à exécution leur fabuleux projet de visiter toutes les merveilles de l'Egypte.
Quelques longs et fastidieux préparatifs s'en suivent, et après des rencontres et retrouvailles imprévues, les voilà en route à remonter le Nil à bord d'une dahabieh !

Palais et jardins se succédaient comme en un rêve et chaque minute qui passait nous faisait découvrir une nouvelle merveille d’architecture orientale, surgissant des palmeraies comme de vivants écrins de verdure dont l’émeraude moirée ondulait doucement sous l’effet de la brise matinale. Au loin, les triangles d’or des Grandes Pyramides se détachaient sur le bleu immaculé du ciel. L’air était si limpide qu’on avait l’impression d’avoir presque sous les yeux des monuments en miniature.

C'est au cours d'une halte à Tell El-Amarna, la capitale construite par le pharaon Akhénaton, où elles vont retrouver les frères Emerson en pleines fouilles, que le récit va prendre une tournure mystérieuse, suite à l'apparition d'une momie assez inquiétante, faisant ressurgir toutes les superstitions et la peur des villageois...

Les ouvriers avaient été terrorisés par la momie que nous avions rapportée de la Nécropole Nord. Muhammad ne voulait pas en démordre : la momie était celle d’un prêtre magicien, d’origine princière, un serviteur du dieu Amon que le pharaon hérétique, Akhenaton, avait voulu chasser de son trône spirituel. La colère du dieu avait trouvé un réceptacle dans ce prêtre. À travers lui, Amon avait maudit la cité hérétique et tous ceux qui fouleraient son sol ou tenteraient de la faire renaître.

Pour être honnête, j'ai rapidement déficeler les bandelettes de la momie en question, et ce qui se cachait en dessous n'a provoqué aucune surprise tant la réponse m'a semblé évidente !
Mais cela ne m'a pas empêchée de m'amuser, tant pour le côté humoristique "so british", que pour l'ambiance aventurière de l'époque dans laquelle se concentre tout le charme de l'histoire. L'envie de prendre une tasse de thé à leurs côtés, sous le puissant soleil égyptien, aura compensé le manque de consistance de l'intrigue policière !


Amélia la baroudeuse, est un sacré numéro, et j'ai refermé le livre en me disant que des retrouvailles avec elle seraient bien plaisantes, d'autant que je suis certaine que sa nouvelle passion pour l'archéologie va l'entraîner vers de nombreuses et divertissantes aventures !



Policier 1/3 - 4 points

mercredi 9 novembre 2016

Séance de rattra’pages #7


N’ayant pas la possibilité de chroniquer toutes mes lectures, j’ai créé ce petit rendez-vous trimestriel permettant de faire la synthèse de mes découvertes passées, et surtout d'en garder la trace.
Ce billet, publié à chaque fin de trimestre, est comme son nom l’indique, une séance de rattrapage de mes conquêtes livresques des trois derniers mois écoulés.
Voici donc mes lectures des mois de juillet, août, et septembre 2016, classées par ordre de préférences !
Et pour retrouver les précédentes séances, c'est par ici...

***************
(Cliquez sur les couvertures pour accéder aux fiches Livr'addict)
  
  • Chroniques d'un rêve enclavé d'Ayerdhal (418 pages) : Immense coup de coeur ❤ Ce roman est une ode à la liberté, un hymne à la solidarité, un cantique à la gloire des affranchis, une symphonie de la fraternité, et évidemment un chœur de mille voix qui résonnera longtemps dans mon esprit après l’avoir perçu… Ma chronique.
  • L'Aube de la Nuit, tome 2 : L'Alchimiste du neutronium, partie 1 : Consolidation de Peter F. Hamilton (854 pages) : Autre coup de ❤ de ce trimestre ! Toujours aussi emballée, cette suite me ravit pages après pages ! De la science fiction de haut vol, vertigineuse et passionnante à la fois, tellement bien construite qu'à aucun moment on ne s'y perd, malgré une galerie de personnages assez conséquente  ! C'est promis, vous n'échapperez pas à une chronique à venir ;-)
  • Le maître des illusions de Donna Tartt (706 pages) : Yann Queffélec ne nous a pas bercé d'illusions en parlant de ce roman comme d'une lecture obligatoire ! J'ai adoré ce campus-novel sur fond de tragédie grecque contemporaine. Des personnages fascinants et une ambiance singulière ont fait de cette découverte une des meilleures de ce trimestre. Ma chronique.
      
  • Newsflesh, tome 3 : Red flag de Mira Grant (504 pages) : Un tome qui clôture parfaitement la trilogie, et dans lequel on ne s'ennuie pas une minute ! Les personnages sont attachants et on est un peu triste de devoir les quitter ! Les intrigues et les rebondissements ont tenu la route sur trois tomes, ce qui en fait une bonne découverte post-apocalyptique en somme !!!
  • Le guide des fées : Regards sur la femme d'Audrey Cansot et Virginie Barsagol (144 pages) : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les fées sans jamais oser le demander ! Un essai très complet sur la question, agrémenté de fiches et d'une tonne de références sur toutes les créatures féeriques de l'histoire ! De quoi enrichir ses connaissances, et devenir incollable sur le sujet ;-)  Ma chronique.
  • Le livre de sable de Jorge Luis Borges (147 pages) : Ce recueil de nouvelles fût un excellent moyen de découvrir ce grand auteur ! Grâce à cette lecture, j'ai pu approcher un univers hors du commun, toujours entre réel et irréel, et m'initier à un style inimitable. Ma curiosité a été piquée, et je compte bien lire son autre recueil en ma possession : L'Aleph.
  • La mort est une femme comme les autres de Marie Pavlenko (193 pages) : Une lecture sympathique, drôle et originale ! Mon ressenti est un peu en deçà de celui escompté, et mon enthousiasme moins grand que chez bon nombre d'autres lectrices/lecteurs, mais sans doute n'étais-je pas dans un état d'esprit assez fantasque à ce moment-là pour en sourire autant que cette histoire le méritait ! Moi, trop sérieuse ? Sur ce coup-là, certainement ^^
***************

Bilan de ce troisième trimestre de l'année : seulement 7 lectures (dont 2 coups de cœur) : 5 romans, 1 recueil de nouvelles, et 1 essai. (2966 pages au total).

Ce trimestre aura été bien maigrichon. Une période de baisse de régime que j'espère derrière moi !
Je me suis inscrite à deux nouveaux challenges fort stimulants : Le Challenge Automne Pharaonique 2016, ainsi que Le challenge de la Licorne 3ème édition.

La tenue de mes objectifs du trimestre passé ont de quoi faire sourire, mais je n'ai pas l'intention de les abandonner pour autant  :
  1. Poursuivre ou terminer une saga en cours : Newsflesh de Mira Grant.
  2. Mettre à l'honneur un classique, ou un auteur célèbre : Jorge Luis Borges.
  3. Lire un maximum de romans SFFFH* :   6/7, pas de quoi se vanter ^_^
  4. Chroniquer davantage : 3 malheureux petits billets publiés qui se battent en duel ! 
Cette fois, pas de promesses en l'air ! Je la joue modeste, et espère avoir davantage à vous offrir lors de la prochaine séance, histoire de finir l'année sur une moisson plus abondante ;-)
Quant à vous, ne suivez pas mon exemple, engrangez et savourez les lectures comme des petits pains, et faites-nous en profiter surtout :)

(* Science-fiction, Fantasy, Fantastique, Horreur)