dimanche 26 février 2017

22/11/63 de Stephen King

Synopsis : Jake Epping est un enseignant d'anglais à Lisbon Falls, dans le Maine, qui se fait un revenu complémentaire en enseignant aux adultes dans le programme GED. Il reçoit un essai de l'un des étudiants : une histoire macabre, déchirante, au sujet d'une nuit il y a 50 ans quand le père d'Harry Dunning est arrivé à la maison, a tué sa mère, sa soeur et son frère avec un marteau. Harry s'en est sortit avec une jambe mal en point, comme le prouve sa démarche actuelle.
Un peu plus tard, Al, l'ami de Jake, lui raconte un secret : sa boutique est un portail vers 1958. Il enrole Jake dans une folle mission afin d'empêcher le meurtre de John Kennedy. Ainsi sa nouvelle vie en tant que Jakes George Amberson, son nouveau monde d'Elvis et JFK, un monde de grosses voitures américaines, d'un solitaire en difficulté nommé Lee Harvey Oswald et d'une bibliothécaire prénommée Sadie Dunhill, qui devient l'amour de Jake et qui transgresse les règles normales du temps.

Fantastique - 1044 pages - Editions Le livre de poche (2014)

Avis : 22/11/63 : une date que je ne suis pas prête d’oublier, Le King aura veillé à ce qu’elle reste dorénavant gravée !
C’était avant ma naissance, mais comme tout le monde, j’ai en mémoire les images, toujours aussi impressionnantes, de l’assassinat de J.F. Kennedy. Elles font partie de ces moments tragiques et intemporels de l’histoire, que l’on a toujours connus sans pouvoir leur donner une réelle consistance. Je réalise après coup que ce drame était un peu flouté dans mon esprit, et rendu presque fictif par la brutalité de l’acte. Le fait que tout un tas de théories ait circulé après, dans un contexte politique très particulier, et autour d’un Président comme Kennedy, n’a pas aider à le rendre moins nébuleux !

Mais ça c’était avant ! Avant que je lise ce roman et que je me retrouve propulsée à cette époque. Avant que Stephen King n’imagine un terrier (c’est comme ça que l’appelle son héros) pour retourner dans le passé, et n’y emmène ses lecteurs avec lui !
Je ne suis pas en train de dire que Stephen King détient LA vérité au sujet de l’assassinat de JFK, mais après qu'il ait lu une pile presque aussi haute que lui, et s’être considérablement documenté sur le sujet, son évaluation semble très cohérente. Comme il le dit dans sa passionnante postface : 
« Rien de ce que j’ai écrit dans 22/11/63 n’apportera de réponse à ces questions, car le voyage dans le temps est juste un instrument de mise en perspective intéressant. »
Et quelle mise en perspective ! Tout y était !!!

Je jurerais avoir fait un bond de plus d’un demi-siècle par l’intermédiaire de ces 1044 pages époustouflantes pour accompagner dans le passé Jake Epping, un jeune professeur d’anglais porté par le rêve inachevé d’un ami mourant.

J’attesterais avoir été parachutée le mardi 9 septembre 1958 à Lisbon Falls, petite ville du Maine, et avoir goûté cette racinette au goût incroyable ! Avoir découvert avec incrédulité que la nourriture était plus savoureuse, les couleurs plus éclatantes, les voitures plus sensationnelles, les lieux plus saturés de fumée de cigarette aussi, et les prix invraisemblablement plus bas 😉 

Je soutiendrais avoir ressenti une désagréable sensation de malaise à Derry ! 
Derry ne vous rappelle rien ? Mais si, souvenez-vous… Cette ville fictive du Maine, créée de toute pièce par le King, déjà le théâtre du mal dans d’autres de ses romans comme Ça, où elle apparaît pour la première fois, et Insomnie
Eh bien, il ne faisait déjà pas bon y aller à l’automne 58, lorsque Jake y séjourne pour une toute autre raison que l’assassinat de JFK.
Mais j’en étais aussi venu à croire que l’ombre ne quittait jamais complètement cette ville avec ses étranges bas-fonds en guise de centre.C’était un sentiment d’échec imminent qui me la faisait détester. Et cette sensation de me trouver dans une prison aux murs élastiques. Si je voulais la quitter, elle me laisserait partir (sans se faire prier !), mais si je restais, elle m’oppresserait toujours plus. Elle m’oppresserait jusqu’à ce que je ne puisse plus respirer.
J’attesterais avoir été prise de la même envie de fuir que Jake arrivé dans ce Dallas violent, raciste, et oppressant. À l’inverse de Jodie, la petite bourgade où il s’installe comme professeur, et qui m’a bien plu, comme ses habitants d'ailleurs.

J’affirmerais avoir vu danser Jake et Sadie comme si j’y étais ! Sadie, cette grande bibliothécaire un peu maladroite, toujours à se prendre les pieds dans le tapis, mais étonnamment agile et précise dès que la musique éclatait ! Quel couple 💕
J’ai dans la tête leur Lindy Hop sur "In The Mood"… Comme ils ont dansé *_*


J’assurerais avoir retenu mon souffle, plus d’une fois, tellement la tension est montée, à chaque étape cruciale du calendrier de Jake, voyant la date fatidique approcher. Et frissonner pendant toute la période de surveillance des Oswald.
Je me suis surprise à trembler, notamment ce terrifiant soir d’octobre 1962, lorsque JFK annonçait aux Américains dans un discours télévisé que le monde était au bord d’une guerre mondiale à cause de la crise des missiles de Cuba. J’étais dans ce bar texan à ce moment-là, abasourdie par la terreur communicative de tous ces gens.

Et surtout, je sais maintenant combien le passé est tenace, et à quel point il ne veut pas être changé ! 

Peut-être avez-vous déjà entendu parler de l’effet papillon : 
« Le battement d'ailes d'un papillon au Brésil peut-il provoquer une tornade au Texas ? » 
Partant du principe qu’un acte, aussi insignifiant soit-il, peut engendrer une catastrophe quelque part, vous imaginez bien que retourner dans le passé n’est pas sans risque.
Mais si vous aviez le pouvoir d’empêcher des événements terribles de se produire, le feriez-vous ?
Tenteriez-vous de faire obstacle au carnage d’une famille dont vous connaissez l’unique survivant ?
Seriez-vous tenté de réparer une injustice, où un accident improbable ?
Lorsque l’on sait ce qui va se produire, comment rester indifférent ?
Mais comment mesurer l’ampleur des répercussions de nos actes sur le futur ?

Ce roman fût une expérience renversante ! Une virée dans le passé aux côté d’un héros impressionnant, comme seul Le King sait les modeler et nous les rendre tellement attachants ! Un bouquet d’émotions sur plus de mille pages ! Du grand, du très grand King !!!  

Et pour finir, encore un petit extrait de la postface :
« Mon fils, le romancier Joe Hill, a relevé certaines conséquences induites par le voyage dans le temps qui m’avaient échappé. C’est aussi lui qui a eu l’idée de cette fin, différente et meilleure que celle que j’avais imaginée. Joe, tu déchires. » 
Oh que oui, cette fin, elle déchire Joe !!!

+1 roman (7/24) - Catégories C et E

dimanche 5 février 2017

Séance de rattra’pages #8


N’ayant pas la possibilité de chroniquer toutes mes lectures, j’ai créé ce petit rendez-vous trimestriel permettant de faire la synthèse de mes découvertes passées, et surtout d'en garder la trace.
Ce billet, publié à chaque fin de trimestre, est comme son nom l’indique, une séance de rattrapage de mes conquêtes livresques des trois derniers mois écoulés.
Voici donc mes lectures des mois d'octobre, novembre, et décembre 2016, classées par ordre de préférences !
Et pour retrouver les précédentes séances, c'est par ici...

***************
(Cliquez sur les couvertures pour accéder aux fiches des livres)
  • Châteaux de la colère d'Alessandro Baricco (336 pages) : Encore une fois, je ressors complètement conquise et charmée par la plume de l'auteur ! Ses romans sont toujours des moments de lecture "à part" qui me transportent vers des ailleurs singuliers, et peuplés de personnages attendrissants. Ma chronique.
  • Les voies d'Anubis de Tim Powers (478 pages) : Une découverte vraiment captivante ! Je me suis perdue dans les engrenages du temps avec délice pour y trouver maîtrise, savoir, et intensité, à découvrir AB-SO-LU-MENT !!! Ma chronique.
  • Le duc de fer de Meljean Brook (410 pages) : Un roman à l'univers délicieusement "steampunkien" et relevé d’une pointe d’uchronisme vraiment sympathique ! La gente féminine, adepte de romances, sera copieusement servie avec ce titre ;-) Ma chronique.
  • La momie d'Anne Rice (443 pages) : Lorsqu'Anne Rice ressuscite un pharaon légendaire tel que Ramsès, vous imaginez bien que l'attente est immense ^_^ Ceci explique sans doute cela ; nos retrouvailles furent très réussies, mais pas aussi flamboyantes que prévues ! Ma chronique.
  • Un crocodile sur un banc de sable d'Elizabeth Peters (313 pages) : Prenez une héroïne so british, drôle et délurée ! Incrustez-la dans un décor de fouilles archéologiques en plein désert égyptien, et hanté par une momie terrifiante, saupoudrez le tout de dialogues impayables... Et vous obtiendrez le premier tome d'une série policière fort distrayante ! Ma chronique.
  • Frankenstein ou le Prométhée moderne de Mary W. Shelley (366 pages) : Ce classique fût une savoureuse redécouverte ^^ L'écriture est si belle que les années n'ont pas d'emprise sur un tel roman ! Les quelques petites longueurs sont accessoires et n'ont pas terni le moins du monde mon plaisir :)
  • Coraline de Neil Gaiman (155 pages) : J'avais réservé ce petit conte noir pour la période de fin d'année, et je ne le regrette pas ! Une histoire de réalité alternative dans une ambiance un brin glauque à le Tim Burton qui m'a bien plu ;-)
  • Les Neiges de l'éternel de Claire Krust (334 pages) : Un roman japonisant très plaisant à lire ! De jolis personnages et une histoire en trois volets bien construite ! Les grandes émotions n'ont pas été au rendez-vous chez moi, mais le dépaysement ressenti a créé une bien charmante consolation :)
  • Sauver noël de Romain Sardou (200 pages) : Un autre petit conte, mais de Noël cette fois ! J'ai été ravie de découvrir l'écriture soignée de Romain Sardou, et son atmosphère à la Dickens très réussie ! Le fond de l'histoire est un peu en deçà de la forme, mais je poursuivrai l'année prochaine avec le premier tome (hé oui, pour une fois, j'ai fait les choses à l'envers ^^) qui est parait-il encore meilleur !
🎃 Parenthèse Haloweenesque 🎃
Tome 2 & 3 des Livres de sang de Clive Barker
  • Une course d'enfer Tome 2 (256 pages) & Confessions d'un linceul Tome 3 (313 pages) : Deux recueils de nouvelles au contenu un peu déconcertant ! Rien à dire sur le style Clive Barker, il est toujours aussi excellent ! En revanche, certaines histoires m'ont laissé un goût un peu âpre... Il est allé parfois trop loin, sans parvenir à m’entraîner dans son trip, dommage ^^ Âmes sensibles (dont je ne fais pourtant pas partie) s'abstenir !
  • La Tour de Cécile Duquenne (157 pages) : Si je devais résumer mon sentiment sur cette lecture en seulement deux mots, je dirais ; sans surprise ^_^  Pourtant, les temps morts n'ont pas leur place et l'action est engageante, mais, allez savoir pourquoi, j'ai absolument tout deviné ! La fin (un peu abrupte d'ailleurs) aurait pourtant dû être THE révélation..., eh bien non, elle a fait pschitt chez moi :) 
***************

Bilan de ce quatrième et dernier trimestre de l'année : 12 lectures, dont 10 romans, et 2 recueils de nouvelles. (3761 pages au total).

Ce trimestre aura été meilleur que le précédent question quantité.
Pour la qualité, pas de coup de cœur, mais de très bonnes découvertes malgré tout. J'ai terminé l'année sur un regain d'activité livresque, et j'espère que cela augure du bon pour l'année 2017 ;)

Qui dit dernier trimestre, dit aussi bilan annuel (succinct), alors c'est parti...

Nombre de pages lues en 2016 : 14 031

Challenges réussis :
Le Challenge Automne Pharaonique 2016,
Le challenge de La Licorne 2ème édition,
Challenge Printemps Elfique 2016,
Challenge En 2016, je compte mes pages,
Challenge Vapeur et feuilles de thé - An II

Challenges échoués : AUCUN 😇

Force est de constater que les challenges sont d'excellents boosters pour le blog ! Ils m'imposent une ligne de conduite et me stimulent à publier davantage, c'est pourquoi des inscriptions pour 2017 sont en cours. Vous pouvez d'ores et déjà les découvrir au fil de mes billets publiés en début d'année ;-)

Côté objectifs pour la nouvelle année, j'ai décidé... de ne pas m'en fixer !
Néanmoins, j'ai pour but de chroniquer le plus possible, même si je sais que bon nombre de mes lectures passeront malheureusement à la trappe ^^ D’où l'intérêt de ces séances de rattra’pages ! D'ailleurs, si vous souhaitez faire un petit tour des précédentes, c'est par ici ;-)

Il est maintenant temps de vous quitter, en vous souhaitant une année livresque 2017 résolument radieuse et captivante !!! C'est aussi ce que je me souhaite, évidemment 😎