vendredi 9 mars 2018

Ouragan de Laurent Gaudé


Synopsis : A La Nouvelle-Orléans, alors qu'une terrible tempête est annoncée, la plupart des habitants fuient la ville. Ceux qui n'ont pu partir devront subir la fureur du ciel. Rendue à sa violence primordiale, la nature se déchaîne et confronte chacun à sa vérité intime : que reste-t-il en effet d'un homme au milieu du chaos, quand tout repère social ou moral s'est dissous dans la peur ?
Seul dans sa voiture, Keanu fonce vers les quartiers dévastés, au coeur de la tourmente, en quête de Rose, qu'il a laissée derrière lui six ans plus tôt et qu'il doit retrouver pour, peut-être, donner un sens à son existence...


Un genre : Littérature Contemporaine
Une édition : Babel (2012) - 192 pages

Détails de mon appréciation

L'origine de ce choix : Une furieuse envie de retrouver la plume de l'auteur du roman Le soleil des Scorta, lu cet été, et tellement apprécié.
Mais aussi pour l'immense coup de cœur ressenti en ce début d'année envers une série TV véritablement unique en son genre : Treme, dont je vous reparlerai peut-être une autre fois...

Une ébauche de l'histoire : Des destins d'hommes et de femmes confrontés au déchaînement des éléments en ce 29 août 2005 à la Nouvelle-Orléans, jour où Katrina, l'un des ouragans les plus puissants de l'histoire des États-Unis, a touché la côte de la Louisiane.
Dans ce roman court mais tellement percutant, on suit le déroulement des événements, et la lutte de ces existences prises dans la tourmente, presque heures par heures. 
C'est une histoire d'où surgit la cruelle absence de choix des plus déshérités, qui ne courbent pas l'échine et ne vacillent pas devant l'injustice, relevant même la tête avec courage.
Un récit sur l'instinct de survie poussé à son paroxysme, et sur la folie démultipliée par la tempête.
Mais aussi sur l'amour qui brave la fureur, et sur la rédemption trouvée dans le chaos. 

Des mots bouleversants : 

« Qui se soucie d’une vieille folle comme moi ? Ils m’ont oubliée. Ce pays est tout entier fait comme ça. Rien ne s’oublie mieux que les négrillons. Il en a toujours été ainsi. Toute la ville a foutu le camp et ils ont laissé derrière eux les nègres qui n’ont que leurs jambes pour courir parce que ceux-là, personne n’en veut. [...]

Là, je prends le drapeau qui est tombé au sol. J’ai trouvé. Josephine Linc. Steelson, négresse jusqu’à sa mort, va gifler le monde. Je vais monter dans le bus, mais je le ferai libre, comme toujours. [...]
Je déplie le drapeau et je le mets sur mes épaules, comme un châle. Puis, seulement, je les suis. Je veux qu’ils me voient tous. Je suis la dernière à partir. Je le fais de force. C’est ma terre ici, que je n’ai jamais quittée. La terre de mes ancêtres qui s’y sont fait humilier.»

Une image rémanente : Je pense que le personnage bouleversant de Josephine Linc. Steelson, a été inspiré par cette femme, l'une des innombrables victimes de l'ouragan...
Enveloppé et en attente.
Origine de la photo : article Essence.com
Milvertha Hendricks, âgée de 85 ans à l'époque, est enveloppée dans une couverture de drapeau américain à l'extérieur du centre de convention Ernest N. Morial de la Nouvelle-Orléans alors qu'elle attend avec d'autres survivants de l'ouragan Katrina pour l'évacuation.

Des émotions éprouvées : J'ai été sonnée par la puissance de ce roman, qui m'a littéralement clouée dans mon fauteuil ! Prise au cœur du dévastateur ouragan Katrina, je me suis laissée engloutir par les mots de l'auteur, totalement submergée par une tempête d'émotions, avec un sentiment d'impuissance écrasant.. L'authenticité des personnages, leur courage dans ce cataclysme, leur fatalisme aussi, m'ont profondément touchée. C'est un récit qui parle d'injustice, un hymne pour tous ces laissés-pour-compte qui ont été abandonnés et frappés de plein fouet par l'ouragan. Un texte fort et poignant qui m'a laissée le souffle coupé lorsque je l'ai refermé. Il aura fallu attendre que le vent retombe dans mon esprit, et que le bouillonnement de la révolte s'apaise, pour que les visages, et les scènes, remontent à la surface, et se gravent, sans doute pour toujours, dans ma mémoire.

Une conclusion : Secouée par les mots de Laurent Gaudé, je refais surface avec un serrement de cœur, et suis saisie par une conviction : celle d'en être...

25 commentaires:

  1. Réponses
    1. C'est cool de savoir que nous partageons ce coup de cœur ! Merci de ton retour :)

      Supprimer
  2. tu en parles avec beaucoup de justesse. j'ai presque l'impression d'avoir lu le livre alors que ce n'est pas le cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Chris, c'est très gentil ! J'espère t'avoir donné envie de le lire, il est si fort...

      Supprimer
  3. Tu m'étonnes extrêmement envie avec cette chronique. Je n'avais pas vu passer ce récit, et je suis bien contente de cette découverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me donnes, évidemment. Merci mon autocorrection.

      Supprimer
    2. Et moi, je suis absolument ravie de te l'avoir fait découvrir ! C'est un roman qui mérite d'être partagé autour de soi. Merci pour tes mots enthousiastes :)

      Supprimer
  4. Un sujet vraiment intéressant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est certain ! Merci d'être passée me lire :)

      Supprimer
  5. J'ai lu très peu de livres de Laurent Gaudé, il faudrait que je répare ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est que mon deuxième mais je suis sous le charme *_* Merci, et à bientôt :)

      Supprimer
  6. Rien que les extraits cités m'ont donné des frissons, alors si j'ai l'occasion de lire ce court roman, je n'hésiterai pas ! Merci pour la découverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sincèrement, j'ai eu les larmes aux yeux à plusieurs reprises durant cette lecture. Connaissant ta sensibilité, tu serais touchée toi aussi, j'en suis certaine ! Merci à toi pour ton commentaire :)

      Supprimer
    2. Il est désormais dans ma wish list ;)

      Supprimer
    3. C'est super ! On en reparlera avec émotion, à n'en pas douter ;-)

      Supprimer
  7. Malheureusement, ce n'est pas vraiment mon genre de lecture /:
    Cependant, je suis ravie de voir que tu en es follement éprise =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que je ne suis pas prête de l'oublier !
      Je trouverai bien de quoi te tenter une prochaine fois ;-) Merci pour tes petits mots :)

      Supprimer
  8. Aaaah! ce n'est pas dans ma sphère de lecture. Et j'ai tant de bouquins dans ma PAL que je suis très rigoureuse concernant le non SFFF, historique ou thriller.

    Ta critique est si prenante que je regrette presque cette règle que je me suis fixée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que nos ogresses PAL nous imposent un minimum de rigueur, sinon... il ne nous reste plus qu'à nous faire cloner pour pouvoir tout lire :D
      Merci, je suis contente que ma chronique t'ait emportée malgré tout ;-)

      Supprimer
  9. Alors là ma cocotte tu fais fort, très fort parce que tous les avis, qui sont pourtant dithyrambiques, sur Laurent Gaudé ne m'ont jamais décidés à le lire mais là, là ton avis et le contenu de ce titre me font me dire que ça y est, je tiens le roman qui va changer la donne.
    Je suis hyper convaincue que ce serait une erreur de passer à côté.
    Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quant à moi, je suis hyper contente de me dire que j'ai réussi à te donner l'impulsion nécessaire en faveur de ce roman ! Il est beau, bouleversant, et contient de quoi faire déborder nos émotions.
      Merci à toi pour ton engouement, et pour le plaisir anticipé à l'idée d'en reparler :)

      Supprimer
  10. C'est clair que l'écriture de Gaudé m'avait bouleversée avec son recueil de poèmes, alors pourquoi pas me lancer dans ses romans que je ne connais pas encore....Merci pour cette belle chronique! Ca fait plaisir à voir autant d'enthousiasme!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir ! Je suis ravie que mon enthousiasme soit arrivé jusqu'à toi ! Merci ❤

      Supprimer
  11. Réponses
    1. En effet ! Je suis encore sous le charme, et suis ravie qu'il t'ait plu aussi ;-)

      Supprimer